Des journées comme celle-ci, je ne voudrais pas en avoir 10. Notre transfert s’est bien passé mais encore une fois entendre des nouvelles pas très rassurantes voir carrément mauvaises toute seule, je n’en veux plus trop.

C’est marrant, en arrivant dans les services d’urgence de l’hôpital, j’ai retrouvé tout de suite quelques repères… les couloirs, l’ascenseur et le service pédiatrique. On passe près de là où on était la toute première fois et ça me fait bizarre de revoir le couloir, la chambre où nous étions, où j’ai appris toute seule également la nouvelle de l’existence sa tumeur. Je me souviens encore de cet après midi là où la pédiatre de service et l’interne me parlent dans la chambre en m’annonçant que tous les problèmes qu’Yohann a eu était dû à un problème neurologique. Qu’il avait une masse assez importante dans le cerveau qui bloquait le liquide céphalo-rachidien et c’est l’hydrocéphalie qui le faisait vomir.

Ils me disaient qu’une masse était composée de cellules qui se développaient anormalement par rapport au reste. L’interne m’avait prévenu que j’allais peut être entendre le mot « tumeur » dans les jours qui suivent mais qu’en aucun cas il ne fallait surtout pas que j’imagine cancer avec. Et bien maintenant je peux dire qu’il était vraiment loin du compte.. .

Je me souviens également lui avoir posé une question comme quoi est-ce le genre de chose qu’on a après un choc à la tête et qu’on pourrait juste enlever en absorbant par un trou. Je suis nulle en médecine mais là il m’a presque rit au nez en me disant que ce n’est en aucun cas un hématome.

Bref nous revoilà à St Denis et je pense que nous allons y passer un peu plus de temps que la première fois.