Arrivée du corps de Yohann à Madagascar.

 

Notre vol s’est bien passé et nous avons atterri à Madagascar hier soir à 20h11 heure locale. Nous avons été reçu comme des ministres, il y a même un ami qui nous a dit qu’il avait l’habitude avec les hauts dignitaires et pour lui nous étions des hauts dignitaires, j’ai juste rajouté ‘’ du Seigneur’ ‘ alors.

Que c’est bon de vivre avec Dieu et d’avoir une relation d’Amour avec lui. Je sui tellement bien que j’ai envie de hurler au monde entier ce qu’il a fait pour moi, pour Yohann et pour Jean-Charles.

Les gens doivent hallucinés, d’ailleurs je crois que hier soir il y en avait qui devait être choqué ou estomaqué par nos attitudes tellement nous sommes arrivés radieux et en paix. Et cela grâce à Dieu et ce qu’il a opéré  et continue à faire en nous. Tout le monde était triste et avait une tête d’enterrement, vous allez me dire c’est normal… seulement moi et JC étions vraiment en décalage par rapport à eux de part ce que notre Père Céleste met en nous. Une très grande amie m’a juste dit pour me rassurer et ne pas culpabilier (ayant elle-même vécue la même situation) ‘’ ne t’inquiètes pas peu importe ce que les gens pensent dans des situations pareilles personnes ne peut  faire semblant ni jouer la comédie face à la perte d’un enfant’’.  Des fois plus que des mots, des actes et attitudes parlent et touchent plus.

Nous avons passé la première veillée avec une petite partie de la famille. Au début je n’ai même pas fait attention mais en fait je me suis rendue compte que c’étaient les mêmes qui étaient venus dire au revoir à Yohann et nous accompagner à l’aéroport la dernière fois que nous étions venus pour son anniversaire. Et nous avons livré notre premier témoignage auprès d’eux et au moment où je parle Dieu me met en cœur en fait que c’étaient 2 familles qui avaient eux même vécus la perte d’un bébé, une de ces tantes en a même perdu 3… pour vous dire que tellement ça doit être encore douloureux en eux de revivre cette situation. J’ai essayé de leur livré ce que nous avons vécu avec Dieu. Oui Dieu délivre et efface toutes les douleurs, non pas pour 1 semaine, 1 an, ou un délai déterminé, non c’est pour la vie. Il n’y a plus rien, juste le doux et meilleur souvenir d’un enfant aimé et aimant.

Nous avons regardé une partie des vidéos que j’ai faites de Yohann quand il était encore bébé et en pleine forme, et je peux vous assurer que j’étais si heureuse de les revoir. Ce n’était surtout pas du paraitre et ou pour faire semblant et pour dire je les regarde pour me réconforter, non juste pour le plaisir de se rappeler de mon enfant quand il était sur terre avec nous. Car aujourd’hui  JC et moi avons la certitude, et je pèse mes mots, nous sommes certains qu’il est auprès de Dieu et heureux comme tout J

Ce matin au réveil je reçois l’histoire de la résurrection du christ qui raconte le jour où les femmes  venaient s’occuper de son corps 3 jours après sa mot. Elles pleuraient et il leur dit ‘’femme pourquoi pleures-tu’, il n’est plus ici. Et c’est ce que nous sommes entrain de vivre, pourquoi pleurer, Yohann n’est plus ici ce n’est que son corps terrestre.

Vous qui êtes entrain de lire l’histoire de Yohann, notre histoire sachez que ce n’est point un hasard… Dieu vous parle à travers ce que nous avons vécu, il vous dit ‘Il y a de l’espoir’… je suis cet espoir là et si vous venez à moi et que vous acceptez mon appel, je vous donnerai le repos et la paix du cœur éternel.

Voici son message :

 

Si la vie d’ici bas t’as déçu
Si les gens semblent fuir très loin de toi
Si tu es déprimé et lassé,
Ne désespère pas car Jésus Christ est là

Remettez-à moi tous fardeaux
je vais m’en charger à dit Jésus Christ
Rapportez-à moi vos soucis
en retour je vous donnerai la paix cœur

Yohann nous a tellement donné de l’amour, de la joie que nous ne pouvons que remercier Dieu de tout ce que nous avons vécu avec lui.

En plus il a rassemblé et réconcilié tellement de gens que nous ne pouvons qu’en être fier. Il est vraiment UNIQUE (TOKANA) et nous sommes si fiers de lui.

 

 

 

L’anniversaire de Yohann

Suite à la mauvaise nouvelle que nous avons appris la semaine dernière, et avec le feu vert de ses médecins, nous avons décidé avec Julia d’emmener Yohann pendant une semaine à Madagascar, fêter son anniversaire en famille auprès de ses tantes et grands-parents maternels.

Avant notre mariage, nous avions choisi de recevoir le baptême à la Maison d’Aina un endroit qui nous est cher, symboliquement c’est là-bas que Yohann a fêté son premier anniversaire…

 



Le contenu de cette vidéo affiché ici requiert l’activation de JavaScript et la version la plus récente d’Adobe Flash Player. Si JavaScript est désactivé dans votre navigateur, activez-le maintenant. Si tel n’est pas le cas, mettez à jour votre version d’Adobe Flash Player gratuitement en la téléchargeant ici.

Troisième coup de panique

 

Mardi 31 mai : ça y est cette fois c’est grave, Yohann ne mange quasiment plus et vomit le peu qu’il réussi à avaler. Il est ronchon et douloureux alors qu’il a toujours été un bébé calme et souriant.

J’appelle en urgence la pédiatre pour un RDV et elle me propose le mercredi 01 juin à 11h.

Ma voiture ne marchait pas bien à cette période et comme j’avais peur de la conduire, j’ai du faire appel à notre mécano pour qu’il me conduise en ville et comme ça au cas où je tombe en panne, je ne perd pas trop de temps. On se donne RDV pour 10h et il n’arrive qu’à 10h40, je commence à m’énerver en plus de paniquer pour mon bébé.

De là, nous partons pour le RDV et arrivons en retard. Seulement en appelant la pédiatre pour la prévenir, elle me dit qu’elle aussi était retenu par une urgence au bloc.

Nous n’avons été reçu qu’à 12h donc. Elle examine Yohann et commence à s’inquiéter de son état. Elle me prépare une lettre et me recommande d’aller à l’hôpital HJRA pour consulter un chirurgien car elle pense que l’état d’ Yohann nécessite une consultation chirurgicale. Ça tombait bien, ma sœur est en stage à cet hôpital et je l’appelle pour demander si on pouvait y aller de suite et voir le chirurgien pour la consultation. Seulement elle me dit qu’elle a été de garde la nuit d’avant et qu’elle a bien vu le chirurgien en question mais qu’il préparait son voyage pour la France.

De là je panique et j’appelle JC pour lui expliquer et raconter l’histoire. Il décide d’appeler l’assurance pour déclencher la procédure d’évacuation.

Calme avant la tempête…

 

Une fois que nous avions détecté la petite infection urinaire, les traitements ont commencé le vendredi soir même. 3 jours se passe et Yohann allait mieux. Il était redevenu plus vif et montrait une petite amélioration au niveau alimentaire.

Seulement, une fois que ces 3, 4 jours sont passés les choses sont redevenus comme avant… pire même.

Mardi 24 mai : Yohann recommence à vomir de plus belle et refuse maintenant de manger. On commence à vraiment s’inquiéter avec JC et moi de mon côté je passe 2 ou 3 coups de fil à des amies pour avoir de numéros de pédiatres. Nous envisageons maintenant de demander un autre avis et une autre consultation.

J’appelle ma sœur qui est interne en 7ème de médecine pour lui demander conseil. Elle me donne le numéro d’une pédiatre à l’hôpital des enfants à Tana. JC n’était pas très chaud au départ pour y aller étant donné l’état des hôpitaux ici mais j’ai réussi à décrocher un RDV pour jeudi à 11h et on décide d’y aller.

Jeudi 26 mai: La pédiatre nous reçoit dans son bureau. Et pour relater un peu les conditions sanitaires à Madagascar, il y avait 2 pédiatres dans la petite pièce de 6m².  Pour plus de précautions et d’hygiène, on m’a demandé de mettre la gigoteuse d’ Yohann en guise de protection sur la table de consultation car sinon pour le reste des patients c’était sur la table nue.

Elle commence donc à réexaminer Yohann et part sur la piste d’un problème mécanique au niveau de l’estomac. Elle me dit qu’on va y aller par élimination pour éviter de passer à côté. Je lui montre les analyses déjà effectuées et elle m’en prescrit d’autres à faire. En me précisant que si jamais on bloquait à Tana il faudrait passer un bilan complet sur l’état du petit.

On a arrêté tous les traitements en cours pour en commencer un autre qui cette fois ci durera 1 mois. Je repars à la maison plus rassurée et plus confiante et on commence de suite avec les nouveaux médicaments. La pédiatre me donne 10 jours pour effectuer les analyses et pour revérifier l’état après la mise en place du nouveau traitement. On fixe déjà un RDV pour le lundi 4 juin.

Et encore une fois 5 jours de passent sans qu’il n’y ait eu des gros vomissements ni trop de nausées.