Je viens de passer 2 semaines intenses à Tana, beaucoup de boulots et d’émotions. Également très enrichissantes et pleines de leçons de vie.

La citation « C’est dans l’adversité que se révèlent les vrais amis » est assez banale et tout le monde la connait par cœur. Seulement quand on vit vraiment la situation ça fait un drôle de sensations et on tombe de haut. Heureusement les autres sont là, ceux sur qui on peut toujours compter quoiqu’il arrive et surtout dans les moments les plus durs.

Bref, ça y est le déménagement est fini, les bureaux continuent à fonctionner malgré le changement d’adresse et d’endroit, dans un plus petit local. Ces 2 semaines de séparation nous a permis à tous les 3, je pense, de reconnaitre à quel point l’amour est important. C’est à mon avis ce qui permet de tenir aussi longtemps éloignés les uns des autres. J’ai bien compris l’essentiel dans ma vie et je pense  pour JC aussi.

La séparation a été très dure mais une fois l’épreuve passée, nous nous en sortons encore mieux qu’avant, grandis, forts et lucides.

J’ai retrouvé Yohann en meilleur forme… j’étais très émue et contente de le revoir. Quel bonheur ! Par contre, Il est toujours en aplasie donc pour le moment nous sommes encore en isolement à l’hôpital.

JC m’a raconté pour son dernier IRM de jeudi. Tout s’est bien passé et nous sommes actuellement dans l’attente des résultats.

Pour rappel, il est toujours à l’hôpital d’enfants à Saint Denis pour sa rééducation. Seulement comme il est toujours faible et que nous sommes toujours dans l’incertitude pour la suite, il n’a pas encore un programme précis sur ce qu’il a à faire.

Pour la première fois depuis de début de toute cette histoire, je me sens bien et peux dire je suis prête. Prête à affronter la maladie avec Yohann et l’aider au mieux pour qu’il s’en sorte le plus rapidement possible. Nous sommes heureux d’être à nouveau ensemble tous les trois et feront de notre mieux pour se concentrer sur le bonheur et la joie de vivre. Le fait d’être dans un hôpital spécialisé pour enfants handicapés nous permet de voir d’autres cas pires et plus graves que ce qu’a Yohann.

Il est vrai qu’au début face à sa maladie je ne voulais rien savoir d’autres des problèmes des autres et de ce qui leur arrive. Tout ce qui m’importait c’était le cas de Yohann, mais après ce petit recul, j’ai appris à relativiser et à comprendre que tous autant que nous sommes, nous avons des soucis.. grands, petits… peu importe le qualificatif que nous employons. Il faut juste apprendre à regarder tous les points positifs face à la situation, sans quoi nous aurions tous abandonné il y a longtemps.

Enfin le point le plus important que j’ai (re)découvert en étant seule et éloignée c’est mon rapprochement vis à vis de Dieu. Ce qui m’a permis de tenir, d’être aussi forte et confiante. Il y en a qui vont peut être me rire au nez, me comprendre, ne pas me croire… seulement si on y croit vraiment des miracles peuvent encore se produire. 🙂

Pour finir, je remercie ici particulièrement ma famille, Alex, Muriel, Hanta, Marie, Michel, Noro, Fred, Jean-Claude… et pleins d’autres que je ne citerai pas mais qui m’ont beaucoup soutenu (de près ou de loin) durant mon petit voyage à Mada.

Vive l’amitié, le vrai et l’Amour avec un grand A…