Faire son deuil???

Nous sommes le 6-6-2012. Et comme à chaque fois cette date signifie beaucoup pour moi car dans un de mes anciens post je le mentionnais comme étant la date fatidique de la fin de tous nos calvaires. À l’époque je le pensais dans le sens où Yohann serait complètement guéri miraculeusement. Je ne sais pas pourquoi je l’avais choisi mais c’est comme ça. Dès fois on fait des choses qui nous tiennent à cœur sans forcément pouvoir expliquer le pourquoi du comment.

Ça faisait plusieurs jours que je pensais écrire à nouveau mais je ne savais pas quoi dire, je me tâtais. Je regardais autour de moi mais pas inspirée et pas envie de partager. Alors ce soir seulement je viens de comprendre qu’il fallait un temps, comme d’habitude, pour que ça murisse dans ma tête.

Il y a une semaine j’ai posé la question à une amie (médecin) proche ce que veut dire réellement « faire son deuil ». Alors elle m’a répondu que souvent on confond ce mot avec oublier et effacer mais cela n’a rien a avoir. En fait, c’est Accepter que l’être qui est parti ne fait plus parti de notre monde mais qu’il vit autrement et ailleurs. Accepter que son souvenir puisse se faire autrement que dans la douleur et la peine. Le laisser en paix par le fait que nous même soyons en paix.

Pour ma part ce mot était banni de mon vocabulaire et de ma tête. Je n’osais même pas imaginer qu’un jour je pourrais faire le deuil de mon fils. Mais cela fait partie de la vie.

J’ai regardé d’autres articles et témoignages d’autres parents qui sont passés par là et ils disent tous la même chose, qu’il n’est plus avec nous physiquement mais que  tous les jours il est présent. Ça paraît bizarre et paradoxale mais c’est comme ça. Alors dès fois il y a des idées qu’on ne s’autorise même pas : avoir un autre enfant, faire son deuil, revivre à nouveau, être heureux ou seulement rire à nouveau car on pense qu’en faisant cela on trahit l’être aimé qui est parti.

Oui cela fait parti de ce long processus que d’accepter l’inacceptable, car c’est bien cela la définition de faire son deuil. Malheureusement ou heureusement si on se laisse faire on y arrive et bien sur à la seule condition de le vouloir et de ne pas avoir peur. Et oui je viens de comprendre encore ce soir que Yohann à été unique, le restera et rien ne pourras le remplacer même si j’accepte de faire mon deuil.

Je me revois comme le dimanche soir après qu’il soit parti. Je me regardais dans ma glace et je m’en voulais de ne pas pleurer son départ ou sa mort (je n’aime pas utiliser ce mot car pour moi il n’est pas mort, sa vie n’est pas finie à jamais, seulement dans la forme que nous connaissons ici). Je me posais la question si je l’aimais vraiment. Oui quoiqu’on puisse penser de moi où me juger, ça arrive qu’on se demande si on a tout bien fait comme il fallait, si on ne s’est pas trompé dans nos choix ou dans nos actes, si quelque part on n’a pas provoqué cette foutue maladie. Et les plus intelligents diront qu’il ne faut pas penser ainsi mais peu importe la raison dans ces situations, on se le demande quand même.

Enfin je peux vous dire que chaque jour est un combat et une étape.  Tout le monde pense peut être que ça y est notre vie à repris son cours normal ou qu’on est guéri mais il n’en est rien. Et puis guérir n’est pas un bon mot, nous ne sommes pas malade nous avons juste perdu notre fils… et ce n’est pas une maladie dont on peut guerrir, c’est une tragédie. Nous avons changé et ne sommes plus les mêmes personnes. Il est impossible de rester les mêmes après de telles épreuves et histoires et surtout on ne veut pas rester les mêmes. Aussi bizarre que ça puisse paraître.

Il ne suffit malheureusement (ou heureusement) pas de tourner une page pour passer à autres choses, il ne s’agit pas d’éffacer d’un coup de baguêtte magique toute l’histoire, ni encore moins le remplacer par un autre bébé au plus vite… oh non c’est tout autrement. Et il n’y a que le temps qui nous le dira. Même entre moi et JC, les chemins et les process ne sont pas pareils, chacun vit cela à sa manière mais on reste soudé pour s’accompagner l’un et l’autre.

Pour en revenir à ma fameuse date donc je ne sais pas si je peux affirmer (je ne sais même pas si je veux le dire ainsi) qu’aujourd’hui j’ai franchi une autre étape. Douloureuse mais importante pour la suite car ma vie n’est plus pareille.

Je pense que jusqu’à présent j’avais peur d’admettre comme ce fameux dimanche soir qu’un jour il va falloir accepter et le laisser partir en paix.

Alors des projets de vie commencent à germer et l’espoir d’un monde meilleur prend place doucement. L’Amour qu’il nous a laissé en héritage nous renforce et nous réuni chaque jour davantage.

Un petit ange unique
Tu as été mon fils
Te porter pendant neuf mois
Fut pour moi la plus grande des joies

Vivre ces 13mois et demi avec toi
a été le plus merveilleux des cadeaux.
Récemment nous avons célebré la fête des mères
Et même si pour moi elle avait un goût amer
Je resterai à jamais ta mère !

Porter la vie,
Donner la vie,
Planter la vie,
Telles ont été mon rôle avec toi

Je continuerai chaque jour
A porter ce fuit
Que tu nous as laissé
Tous les jours qui me resteront
Je les dédierai en ton nom

Et je sais que tu feras ta part
De la où tu es
Tu seras mon allié
Comme tu me l’a souvent montré.

Unique amour de ma vie
Tokana tu es
Yohann à jamais

Be Sociable, Share!

Une réponse à Faire son deuil???

Laisser un commentaire

Archives Mensuelles

Catégories

Diaporama

Livre dOr


rouliah
En ce jour petit guerrier...

melody
repose en paix petit ange...

Cynthia
Quesque je suis émue et t...

carole et philippe
Yohann, vaillant petit co...

LYRA
Yohann,tu as été un don d...